La Villa Dinastija

Location d'appartements à Kali, Croatie

Map Icon

Location d'appartements à Kali, Croatie

Une journée au parc national Kornati

par Aude | 14 septembre 2014

Kornati par Josef Grunig via Flickr-

Mes amis me le disaient : « Il faut vraiment aller au parc de Kornati, trésor de la Croatie. » D’accord, un parc regroupant 80 îles, cela intrigue. Mais après tout, des parcs nationaux, j’en avais vu d’autres. J’avoue pourtant que lors de ma première visite au parc, je ne m’attendais pas à ça. Récit d’un émerveillement.

Kornati vu de la mer

Nous sommes partis en bateau depuis Kukljica, à 20 km de l’archipel, avec un couple d’amis et leurs enfants. Un ami commun nous servant de guide, nous n’avons pas réservé auprès de l’une des excursions partant de Zadar, Sibenik ou Murter. Comme le dit la chanson, « il y a le ciel, le soleil et la mer », donc les enfants sont déjà en maillots et n’ont qu’une seule envie, se baigner.

Jusqu’au moment où l’on découvre les premières îles. Ces bouts de terre semi-désertiques qui émergent à peine des eaux turquoises créent un contraste saisissant. La réaction des gamins en témoigne : « Hé mais on dirait qu’on est sur une autre planète ! ». « On va se baigner ou on continue de naviguer ? » La réponse ne se fait pas attendre : on continue. La petite fille remarque de l’agitation en mer. Nous croyons voir un aileron. Plus rien. Et puis soudain, deux autres, puis plusieurs, plus de doute, nous avons croisé la route des dauphins !

Kornati vu de la terre : « On dirait la lune »

Nous faisons un arrêt sur l’île de Kornat, la plus grande de l’archipel, dont le plus haut sommet s’élève à… 230 mètres ! De la forteresse de Tureta, nous pouvons contempler l’ensemble du parc. Devant le paysage karstique, le jeune garçon a cette remarque : « On dirait la lune ». Il n’y a rien de tout cela sur la lune, mais c’est vrai qu’il y a quelque chose d’extra-terrestre. « Mais non, on dirait la Terre !» répond sa sœur. Décidément les enfants sont inspirés ! Ils ont tous les deux raisons : aux Kornati, nous redécouvrons une Terre qu’on avait peut-être un peu oubliée.

Nous ne verrons pas le hibou grand-duc, mais les cormorans huppés feront tout à fait l’affaire. J’apprends que cet oiseau, noir avec une houppe sur la tête, est une espèce en danger. Le guide nous montre comment reconnaître les plus jeunes grâce à leur plumage brun.

Après le pique-nique, direction l’île de Mana. De longs murs de pierres nous interpellent. Les plus anciens servaient à démarquer les pâturages. Combien de temps fallait-il pour les ériger ? Ce n’est plus la Terre que nous redécouvrons, mais la dureté d’y vivre. C’est enfin l’heure d’une baignade bien méritée. Nous rencontrons d’autres visiteurs revenant de plongée qui avec enthousiasme nous apprennent que les fonds marins sont tout aussi étonnants. Pour une prochaine fois.

De retour vers Kali, ce n’est pas de la fatigue que nous lisons dans les yeux des enfants. Je surprends ce dialogue entre eux :

«  Moi, je veux être tailleuse de pierre pour construire les murs.  – Et moi, étudier les oiseaux. »

Share this:

  • Facebook
  • Twitter

Écrivez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0
Send a message
Sorry! We aren't around right now. Leave a message and we'll get back to you, asap.
Your name
* Email
* Describe your issue
Login Chat
Questions? We're here. Send us a message!
Your name
* Email
We're online!